AMERICAN SUBURB |

DAVID GUILLEMETTE

01/05/2017

PROJET

« Cette série est issue d’une recherche visuelle et d’une réflexion sur les banlieues. Dans ces quartiers règne une certaine ténacité au maintien d’une vie tranquille et conforme. Ces lieux semblent figés dans l’évolution de la pensée humaine, créée par un besoin de confort et de stabilité émotionnelle.

''#1'' © David Guillemette

En partant de ce point de vue, je me suis donné pour mission la création d’un projet artistique. Celui-ci tendrait à rendre ces banlieues plus particulières, en leur apportant une personnalité plus extravagante. Pour ce faire, j’ai décidé de créer des images qui contrastent avec cette stabilité humaine, ce manque de créativité et d’imagination. J’exploite la répétition architecturale typique de la banlieue dans ma recherche visuelle. Ces répétitions démontrent bien la conformité et la banalité qui est omniprésente dans ces banlieues américaines. Pour transformer cette vision monotone, j’ai joué avec les couleurs et le graphisme. L’aspect coloré est utilisé pour déranger cette stabilité fade, et, les éléments graphiques sont disposés dans le but d’accentuer la rigidité de ces espaces. La photographie documentaire a un style uniforme. Je porte ici une réflexion sur cette vision et ce type esthétique. Ce style est utilisé pour faire oublier le photographe derrière la caméra. Mais il ne faut pas oublier qu’il choisit toujours son point de vue et que ceci joue sur la perception qu’aura le spectateur du sujet. Ici, je montre et revendique mon intervention en tant que photographe à travers des collages. »

''#2'' © David Guillemette

Entrevue avec l'artiste

H : Ton travail intègre plusieurs notions de collages et d'altération de l'image. Comment t'es venu l'idée d'intégrer cette pratique?

A : Je voulais créer une nouvelle vision de nos banlieues un peu moins monotone. J'avais envie de jouer avec les éléments que je trouvais intéressants, surtout du point de vue graphique et architectural.

''#3'' © David Guillemette

''#5'' © David Guillemette

H : D'où proviennent les images utilisées pour tes collages?

A : J'ai produit toutes les images utilisées en me promenant dans les banlieues aux alentours de mon quartier où j'ai passé ma jeunesse à Québec (Duberger-Vanier).

''#4'' © David Guillemette

H : Pourrais-tu travailler avec une source extérieure ou est-ce important pour toi d'utiliser tes propres images?

A : Je me considère photographe, donc oui, le fait d'utiliser mes propres images est important pour moi. Par contre, si j'ai une envie ou un besoin d'utiliser des images d'ailleurs pour un projet, je ne pense pas que ça va me déranger, tout dépend de mon envie et du projet. 

''#6'' © David Guillemette

H : Dans le projet que tu nous présentes, le thème des ''banlieues'' est abordé. Qu'est-ce qui t’a emmené à explorer cette thématique?

A : J'ai grandi dans les banlieues de Québec et je m'y suis rarement bien senti, comme beaucoup de jeunes de ma génération je pense. J'ai également habité durant 3 ans à Matane, et, à mon retour, j'ai ressenti le besoin d'explorer le potentiel des banlieues où j'ai grandi pour en quelque sorte comprendre le mépris que j'ai souvent eu pour ces dernières. J'ai donc décidé d'aller dans les rues de ces banlieues pour explorer et revisiter ces lieux.

H : L’esthétique que tu présentes pourrait rappeler celle des années 80 et 90, qu'elle place occupe la culture populaire dans ton travail?

A : J'avoue ne jamais avoir réfléchi à cela. C'est sûrement une influence inconsciente, j'imagine.

H : Sur quoi travailles-tu actuellement?

A : Je n'ai pas de projet concret présentement, mais j'essaie de revenir à une photographie pure et j'aimerais bien travailler la vidéo dans la prochaine année. 

''#7'' © David Guillemette

Intervieweur : Jean-Sébastien Scraire est un artiste multidisciplinaire basé à Montréal. Pour en apprendre davantage sur son travail, visitez son site internet ainsi que son Instagram.

© Héliographe - Centre de promotion et de diffusion de la photographie émergente au Canada