CHARLES GURD |

GRANDES DEMEURES, MONTRÉAL 1974

01/10/16

Grandes Demeures, Montréal, 1974 (1) est une exposition intime présentée par le musée McCord. Elle nous plonge dans des archives photographiques, datant de 1974 de demeures montréalaises.

Afin de découvrir plus amplement la démarche du travail photographique de Charles Gurd, il est important de se remettre dans le contexte historique de l’époque.

C’est à Montréal, début des années 70, que de magnifiques demeures sont démolies dans le but de construire des infrastructures plus rentables au cœur du nouveau centre-ville.

Les habitations Prince of Wales Terrace (2) (construites en 1860) ainsi que la maison Van Horne (3) (construite fin 1870), n'ont pas survécu aux promoteurs, malgré l’opposition de certains organismes à la destruction de ces demeures largement centenaires.

Ces faits ont engendré une prise de conscience collective, sociale et culturelle. On se questionne alors sur l’héritage historique de Montréal, sur sa sauvegarde et sa conservation (4).

C’est dans ce contexte que Charles Gurd, jeune diplômé en psychologie de l'Université de McGill, décide d'immortaliser des demeures encore occupées, avant leur possible remaniement, abandon et même démolition.

En 1974, avec l’appui de personnes influentes et l'obtention d'une subvention du Conseil des Arts du Canada, il réalise son projet en s'appliquant à photographier ces espaces luxueux et chaleureux avec son Leica M4.

 

En 1976, Charles Gurd obtient un diplôme en Architecture à l'Université de Rice à Houston, Texas (États-Unis).

Cette même année, le Parti Québécois arrive au pouvoir. Suite à  l'adoption de la Charte de la langue française (loi 101) en 1977, de nombreux travailleurs et hommes d'affaires unilingues anglophones décident de s’exiler (5).

L’annonce d’un référendum sur la souveraineté du Québec renforce ce mouvement et Montréal se trouve face à de nombreux changements tant sociaux qu’économiques (6).

Grâce à ce travail d'archivage, Gurd rend ces intérieurs privés accessibles à travers le temps. Ces images illustrent une architecture édouardienne, représentative d'une population anglophone et de sa prospérité au sein de la ville avant son exode.

 

Aujourd’hui, de nouveaux bâtiments forment le paysage de la ville de Montréal. Certaines vieilles demeures ont bien sûr été conservées. Entre gratte-ciels, triplex, duplex; entre maison, bureaux et locaux commerciaux, Montréal ne cesse de se développer et de nous surprendre.

Les photographies de l’exposition ont été sélectionnées parmi des tirages à jet d’encre réalisés en 2013 par Charles Gurd. En 2014, il fit don au Musée McCord de 1 337 négatifs et de 325 tirages.

Cette exposition se veut intime avec moins de 40 photographies exposées dans une seule pièce. Ces impressions noir et blanc couvrent les 4 murs peints en bleu. L’éclairage est tamisé.  Un petit espace présente un écran télé sur lequel sont diffusées des images de l’extérieur des maisons. 

1475 avenue des Pins Ouest, Montréal, 1974,  au Musée McCord, M2014.9.26 (gauche)​, M2014.9.32 (droite)

Les photographies de Charles Gurd restent sobres, sans artifice. L’effet de sublime réside dans le détail des espaces et des objets qui les constituent. Le cadrage frontal donne un point de vue objectif, permettant l’intemporalité du lieu photographié. Les lumières sont allumées, les rideaux semi-transparents tirés, on imagine l’extérieur non dévoilé tel qu’on le désire. Gurd utilise à la fois un éclairage naturel provenant des fenêtres et la lumière artificielle des luminaires. Les portes intérieures sont grandes ouvertes donnant sur d’autres espaces tout aussi charmants et sophistiqués.

Certaines photographies ont un cadrage plus resserré, très géométrique, jouant sur la superposition de différents lieux, comme on peut l’observer dans l’image M2014.9.26. Cette photographie nous entre-montre une grande bibliothèque, une cheminée, et, grâce à un miroir, on observe l’entremise d’un salon à l’arrière.

9095 Boulevard Gouin Ouest, Montréal, 1974, au Musée McCord, M2014.9.175 (gauche), M2014.9.177 (droite)

Photographe autodidacte, Charles Gurd est influencé par le style documentaire et par le travail de plusieurs artistes, dont celui de Gabor Szilasi, un photographe hongrois, immigré au Canada en 1957 (7).

En 1977, Szilasi photographie Trailer home à Baie St Paul dans la même thématique (8). Le musée McCord avait d’ailleurs organisé une exposition sur son travail en 2010-2011 intitulés Gabor Szilasi, L'éloquence du quotidien (9).

Szilasi documente des intérieurs, certes plus modestes que ceux photographiés par Charles Gurd en 1974, mais dont la prise de vue est similaire (frontale, assez rapprochée pour décontextualiser le sujet).

Grandes Demeures, Montréal, 1974, de Charles Gurd, fut présentée du 16 juin au 6 novembre 2016 au Musée McCord à Montréal. Cette exposition était à voir tant pour la qualité esthétique et formelle des photographies que pour la pertinence historique du sujet.

À propos de l'auteure : Cécile Gualde a travaillé dans des organismes culturels montréalais (Fonderie Darling, La Galerie CRÉA, Le CMAQ). Pour en apprendre davantage sur son travail, visitez son site internet ainsi que son Instagram.

Texte et images fournies par l'auteure.

© Héliographe - Centre de promotion et de diffusion de la photographie émergente au Canada